Télécharger Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent

Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent

Catégorie : Emissions TV

Genre : Documentaire

Qualité : PDTV Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent

Date de sortie : 2014

Vote :

3.1/5 (330 votes)

En juillet 2011, la France interdit l�exploitation des gaz de schiste. Depuis, les lobbyistes de ce secteur n�ont eu de cesse de convaincre les politiques de faire marche arrière. Ce film retrace les étapes de leur stratégie auprès des pouvoirs publics et dénonce leurs méthodes.

C�est un documentaire à charge que signe Michel Tedoldi contre les manipulations des lobbyistes, hommes de main des industriels qui défendent l�exploitation des gaz de schiste en France. En passe de gagner, ils sont de ceux qui, dans l�ombre, jouent des parties sacrifiant la santé publique aux intérêts financiers. Pour comprendre leur pouvoir et les enjeux de cette contre-attaque sans merci, le réalisateur est parti à la rencontre de ces groupes de pression, des hommes et femmes politiques victimes de leurs assauts répétés et de tous ceux qui hurlent au futur scandale sanitaire.
Pour ceux-là, il suffit d�observer ce qui se passe aux Etats-Unis depuis 2005. Plus de cinq cent mille puits y ont été forés, permettant de diviser le prix du gaz par quatre. Mais les conséquences sur l�environnement et la santé sont désastreuses : pollution des nappes phréatiques et du sol, bétail et agriculteurs gravement malades. En cause, la technique de fracturation hydraulique de la roche située à très grande profondeur, qui permet d�extraire les gaz de schiste : des milliers de mètres cubes d�eau sont injectés à forte pression avec des dizaines de tonnes de produits chimiques. « Ce qui remonte de la surface, c�est de la cochonnerie, explique Jacques Thibieroz, géologue à l�université Pierre-et-Marie-Curie, des métaux lourds en solution, des hydrocarbures parmi lesquels des molécules cancérigènes, de la radioactivité. »
Leur but : convaincre à tout prix
En France, le sous-sol regorgerait également de cette manne et les industriels du secteur, comme Total et GDF, réclament des autorisations de forage pour permettre de quantifier les réserves de gaz. Mais, après l�annonce par François Hollande, le 14 septembre 2012, du refus des demandes de permis, ils déclenchent l�offensive et affûtent leurs arguments. « Le fait de dire �Je refuse d�expérimenter�, s�indigne Jean-Louis Beffa, ancien PDG de Saint-Gobain, ça ressemble à l�attitude de l�Eglise catholique qui interdisait de penser à Galilée ! » Ils mettent en avant la création de milliers d�emplois, l�accès à l�indépendance énergétique et vont jusqu�à pratiquer le green washing. « Il y a eu toute une campagne sur cette idée qu�il y aurait une exploitation propre des gaz de schiste, se révolte Delphine Batho, l�ex-ministre de l�Ecologie, qui dit avoir fait les frais du lobbying pro-gaz de schiste. Un pipeau total ! » Ainsi, une société américaine, Ecorpstim, arrive à convaincre le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg de l�efficacité d�un nouveau procédé écologique, qui fracturerait la roche avec un propane non inflammable. Pour Jacques Thibieroz, « c�est une molécule qui a trois mille fois plus d�impact en équivalent CO2 sur l�effet de serre, qui coûte très cher et qui n�a pour l�instant jamais été utilisée ».
Mais les lobbyistes n�hésitent pas à noyauter les organes du pouvoir et s�appuient sur des hauts fonctionnaires pour faire passer leurs idées. A Paris, comme dans les plus hautes instances européennes, ils agissent en nombre, intensifient leur action et remportent des victoires. Ainsi, le commissaire européen à l�Environnement Janez Potocnik, qui soutenait la lutte contre l�exploitation, finit par échouer en 2012 face à la pression des pays pro-gaz de schiste soutenus par José Manuel Barroso, le président de la Commission lui-même : celle-ci n�adopte finalement que des recommandations et laisse le champ libre aux industriels, qui ne sont désormais plus obligés de faire des études d�impact avant forage. Lors de ce vote crucial, la France s�est abstenue� « Ça veut dire qu�elle a cédé aux lobbies de Gaz de France, de Total et des autres, résume la députée européenne Corinne Lepage. C�est une position schizophrénique et parfaitement hypocrite. »
Anne-Laure Fournier

Fiches similaires